Métiers de bouche : les conseils pour se faire connaître

Depuis quelques années maintenant, nombreux sont ceux qui se lancent dans les métiers de la bouche. Restaurants, fast-food, pâtisseries, crêperie, et bien d’autres encore. Si beaucoup d’entrepreneurs se lancent dans ce secteur, ce n’est pas sans raison valable. Les métiers de bouche représentent une niche d’activité très porteuse. Cependant, la concurrence qui y règne est très accentuée. Comment donc se faire connaître dans un tel climat ? Conseil n°1 : la dénomination Cela peut paraître banal, mais il est scientifiquement prouvé que le nom commercial d’une entreprise influence le public. S’il est agréable, il s’ancre aisément dans la mémoire du consommateur. Cela participe à la notoriété de votre entreprise et à la croissance des intentions d’achats/de visites. C’est pour cette raison qu’il importe de choisir un nom original qui est en harmonie avec l’activité menée. Conseil n°2 : la communication La communication fait partie intégrante de vos activités. Que ce soit sur votre marque ou sur vos produits, elle est un levier efficace pour réussir à se faire connaître en tant que vendeuse. N’hésitez pas à utiliser tous les outils à votre disposition : flyers, réseaux sociaux, bouche-à-oreille, affichage, emballage alimentaire personnalisé, etc. Mais attention à ne pas en faire trop, car cela pourrait se retourner contre vous. En effet, trop de publicité ennuiera le client potentiel. Au contraire, au lieu d’en faire trop faites-en peu, mais veillez à y mettre de la qualité : image, message, couleurs, forme, etc. La communication, c’est aussi échangé avec son client actuel. Interrogez-le sur son expérience et prenez en compte ses critiques. Conseil n° 3 : la différenciation Qu’avez-vous de plus que la concurrence que vous pouvez faire valoir ? C’est cela votre avantage concurrentiel. Dès que vous arrivez à définir ce qui vous rend unique, faites-en bon usage pour retenir vos clients et en attirer bien plus. Dans votre domaine d’activité, innovez pour mieux régner. Dans votre sac, ajoutez de nouveaux tours. Des idées peuvent venir des clients, de vos collaborateurs, des partenaires comme https://www.cotenature-pro.fr/, de vos proches ou même de la...

Lire plus

Rue de la cuisine : les professionnels de l’équipement et de l’aménagement d’intérieur

Pour une cuisine de fabrication française et à bas coût, l’entreprise Rue de la Cuisine propose depuis 25 ans des aménagements de cuisines, salles de bain et placard à un tarif low cost. Le site https://www.ruedelacuisine.net/ est un site français de fabrication de meubles de cuisine, de plans de travail, de meubles de salles de bain, et de placards sur mesure. Le low cost adapté au marché français avec la qualité française. L’offre de Rue de la Cuisine Situé en région Rhône-Alpes, ce magasin de cuisine à Lyon accueille ses clients dans plusieurs showrooms pour vous présenter son savoir-faire à la française. Rue de la Cuisine possède ses propres usines, c’est ce qui lui permet de proposer des produits de qualité à des tarifs compétitifs. Fabricant de cuisines low cost, Rue de la Cuisine offre un choix de services qui pourront se porter sur 3 niveaux allant des meubles à monter soi-même, jusqu’à la cuisine entièrement installée, en passant par les meubles déjà montés. Ceci bien sûr en plus des plans de travail sur mesure et d’un très grand stock d’accessoires tels que poignées, charnières, quincaillerie, robinetterie, etc. Et il en est de même pour un meuble de salle de bain, ou pour installer un placard sur mesure. La qualité garantie et un budget maîtrisé Rue de la Cuisine garantit tous ses meubles pendant 5 ans, et l’électroménager pendant 1 à 2 ans. C’est aussi une entreprise qui respecte l’environnement, et répond à un cahier des charges strict en ce qui concerne l’écologie et le respect des règles de développement durable. La qualité française enfin à son juste prix ! Le budget aussi sera respecté, ces professionnels ayant pour but de faire coïncider envies et...

Lire plus

L’importance de la fidélisation des salariés

Pour comprendre l’importance de la fidélisation des collaborateurs, il suffit de se représenter l’impact de leur infidélité, de même que le coût direct et indirect catastrophique qu’elle génère. L’enjeu des chefs d’entreprise et dirigeants RH est de sécuriser leurs ressources humaines pour faire en sorte de maximiser le retour sur l’investissement. L’art indispensable de retenir les talents En matière de fidélisation des salariés, si les apparences se rejoignent souvent, elles peuvent aussi surprendre : les départs précoces sont assortis, évidemment, de la fuite des savoir-faire et de la perturbation de la production. S’y ajoutent la déstabilisation des équipes, par ailleurs souvent mises à contribution pour recommencer une intégration… et maintenir la surcharge de travail. Un ver dans le fruit, qui aboutit trop rapidement à la baisse de l’adhésion des collaborateurs, à la difficulté de mobilisation pour atteindre les objectifs, à un absentéisme exagéré. Si l’actualité venait à imposer à l’entreprise de solliciter un coup d’accélérateur pour faire face à un enjeu inattendu, alors, elle serait en danger direct. Donner le meilleur de soi pour des stratégies adaptées Le marché exige déjà trop fortement de l’entreprise qu’elle se dépense pour s’adapter aux aléas ainsi qu’aux évolutions de son marché, pour qu’elle laisse la perturbation provenir de l’intérieur. Les réponses à donner revêtent plusieurs visages. Il s’agit de décoder et de traduire ces phénomènes, afin de dessiner, entre tous les choix envisageables, le type de stratégie qui saura faire ses preuves. La polyvalence des compétences RH, Droit Social, approche et communication managériale, donne la perche pour conjuguer, de façon tactique, le meilleur des outils classiques avec d’autres, plus innovants, conçus sur-mesure. Il est souvent très rentable de faire appel à un cabinet spécialisé comme https://www.dlpartners.fr, qui a la confiance des entreprises qu’il...

Lire plus

Constructeur de maison individuelle : quelle assurance est obligatoire ?

En tant que constructeur de maisons individuelles, vous êtes soumis à de nombreuses obligations envers les maîtres d’ouvrages. L’une d’elles, et sans doute la plus importante, est celle d’assurer votre entreprise contre les dommages décennaux qui peuvent impacter une maison livrée. L’obligation de posséder une assurance de responsabilité civile décennale L’article 1792 du Code civil dispose que les constructeurs d’ouvrages sont responsables des désordres décennaux sur les maisons réceptionnées. Les désordres décennaux sont ceux résultant d’un vice du sol et qui impacte la solidité de l’ouvrage ou qui le rendent impropre à sa destination. Attention, car si un élément d’équipement ou constitutif ne permet pas une utilisation du pavillon normale, alors la décennale s’applique aussi. Par exemple, des fenêtres mal cadrées ou non étanches sont considérées comme des désordres décennaux. Les constructeurs de maisons individuelles sont bien sûr soumis à cette responsabilité. Afin de se protéger, l’article L.242-1 du Code des assurances vous impose de souscrire une assurance pour la construction d’une maison individuelle. Le fonctionnement de l’assurance décennale Le point de départ de la garantie débute au terme de la première année suivant la réception des travaux, elle prend ainsi la suite de la garantie de parfait achèvement. Elle s’applique pendant 10 ans suivant la réception. Elle couvre la même durée que l’assurance dommage-ouvrage, qui est souscrite par les maîtres de l’ouvrage. Ces deux assurances ont pour but de se répondre. En cas de désordres décennaux, le maître de l’ouvrage devra faire une déclaration de sinistre. L’assurance dommage-ouvrage s’occupera de l’indemniser, pour ensuite se retourner vers votre assurance décennale afin de se faire rembourser. Si vous n’êtes pas capable de justifier de cette garantie, vous serez responsable du remboursement sur vos propres deniers, en plus d’être passible d’un emprisonnement de 6 mois et d’une amende de 75 000€. Pour en savoir plus sur les assurances dans le cadre d’une construction individuelle, consultez le site...

Lire plus

Zoom sur l’audit contractuel

Cette procédure également nommée « Diligences Directement Liées » (DDL) consiste à vérifier l’exécution des objectifs d’une entreprise. Il s’agit d’une mission confiée à un professionnel. Parmi tous les types d’audits contractuels, le plus fréquent est celui qui vise à contrôler la comptabilité d’une société. Une méthodologie précise et rigoureuse L’étude et l’analyse des données comptables sont soumises à des critères définis dans le cadre d’un contrat. Ce dernier est établi entre le client (l’entreprise qui a sollicité cet examen) et l’auditeur. Les objectifs de cette mission sont précisés dans l’accord préalable entre les deux parties. Une telle procédure concerne en général les entreprises qui ne sont pas légalement tenues d’avoir recours aux prestations d’un commissaire aux comptes. La comptabilité d’une société doit correspondre à la réalité de son patrimoine et de sa situation financière. L’importance d’une évaluation très technique Un contrôle externe réalisé par un cabinet d’audit s’avère décisif pour émettre un avis sur les comptes d’une entreprise. Cet examen peut servir à l’expertiser en vue d’une restructuration ou d’une fusion. Les conditions de cette mission sont librement fixées à l’auditeur par le client, contrairement aux audits imposés par la loi. Le cabinet d’audit peut donc être mandaté pour contrôler la comptabilité d’une entreprise, d’une de ses filiales ou d’une société que le client souhaite acheter. Un cadre défini au préalable Une lettre de mission délimite les tâches de l’auditeur dans les moindres détails. Il agit par conséquent avec un objectif clair, un périmètre d’action bien déterminé, des moyens mis à sa disposition et un planning détaillé, sans oublier l’aspect budgétaire qui est également évoqué par écrit. Généralement, l’audit contractuel est effectué par un expert comptable comme www.axens-audit.fr. Ce professionnel est doté d’une compétence attestée par ses diplômes et son expérience. Il adapte sa méthode à la taille de l’entreprise qu’il audite, au contexte ainsi qu’au but de cette...

Lire plus