Les garde-corps extérieur en aluminium

Terrasses, balcons, fenêtres, portes-fenêtres, mais aussi escaliers : autant d’espaces à sécuriser par un garde-corps, ce qu’on appelle, dans le langage courant une balustrade. Ces garde-corps remplissent un double rôle dans une villa ou un pavillon : tout d’abord protéger les personnes de tout risque de chute en retenant les corps et en permettant de se tenir, mais aussi contribuer à l’esthétique d’ensemble de la construction. Les garde-corps extérieurs en aluminium ont d’autant plus la cote aujourd’hui qu’ils sont sécuritaires et décoratifs.   Les avantages d’un garde-corps extérieur en aluminium L’aluminium s’est imposé ces dernières années comme le matériau de choix pour la réalisation des garde-corps d’extérieur. Il présente en effet de nombreux avantages. Tout d’abord la durabilité. Les garde-corps en aluminium ne rouillent pas et sont très faciles à entretenir, puisqu’il suffit d’un coup d’éponge et d’eau savonneuse pour leur rendre leur éclat. Ils constituent donc une alternative idéale aux anciennes balustrades en fer forgé qu’il fallait continuellement repeindre. Les garde-corps extérieurs en aluminium présentent de multiples avantages, longévité, entretien minimum, esthétique…Faciles à mettre en œuvre, ils permettent des adaptations sur chantier grâce aux nombreux accessoires réglables et raccords d’angle. Les pièces qui seraient endommagées peuvent également être remplacées sans qu’il faille démonter l’ensemble de la balustrade, la conception des garde-corps extérieurs en aluminium étant modulaire et réalisée par assemblage mécanique.   Garde-corps extérieurs : une grande variété de formes, de designs et de couleurs Les garde-corps extérieur en aluminium peuvent aujourd’hui être thermolaqués, un traitement à haute température qui assure leur longévité et qui permet de leur donner la couleur souhaitée. On est donc loin de devoir se contenter du gris anodisé de l’aluminium, souvent utilisé par le passé. Aujourd’hui le garde-corps extérieur en aluminium s’harmonise donc à la teinte de la façade, et permet aussi si l’on préfère, de jouer sur les contrastes. Le mieux est de consulter le catalogue des couleurs RAL pour choisir sa teinte préférée. L’usinage de l’aluminium a connu ces dernières années d’énormes progrès, qui permettent de proposer aujourd’hui des garde-corps extérieurs esthétiques et design. L’alliance des matériaux est souvent de mise pour le garde-corps extérieur d’une villa : aluminium et verre transparent, teinté ou opale, par exemple, mais aussi aluminium et lisses en inox, ou encore aluminium et tôle découpée au laser. Cette dernière option permet de réaliser de délicats motifs, très tendance. Les garde-corps extérieurs ont non seulement un rôle sécuritaire mais également architectural....

Lire plus

Isolation de la maison : les points clés

Une maison mal isolée représente une dépense supplémentaire au sein du foyer et une surconsommation d’énergie qui a aussi un impact sur l’environnement. De plus, ne pas rendre sa maison plus saine peut nuire à la santé de ses occupants. Raison de plus pour bien vérifier l’état de l’isolation et savoir où vous en êtes. Explications. Pourquoi faire l’isolation de sa maison ? Les inconvénients d’une maison mal isolée sont avant tout économiques car la facture de chauffage peut s’élever considérablement du fait de déperditions de chaleur. Ces déperditions peuvent se faire : par le toit : 30% des déperditions selon l’Ademe ; par les murs ou les parois : 16 % ; par les ouvertures : portes et fenêtres mal isolées peuvent faire perdre jusqu’à 15 % de la chaleur ; par le sol : 10 %. Outre l’aspect économique, soulignons qu’un défaut d’isolation peut avoir un impact sur la santé en augmentant l’humidité dans l’air (asthme, rhumatismes notamment) et sur le long terme, l’impact sur la structure de la maison est également à prendre en compte (moisissures, salpêtre, fissures, par exemple). Enfin, une surconsommation d’énergie pour se chauffer ou pour rafraîchir la maison en plein été (climatisation) aura un effet non négligeable sur l’environnement, d’autant plus si vous utilisez encore des énergies fossiles. Isolation maison : par où commencer ? Vous devriez savoir si votre maison a été isolée convenablement. Si toutefois, vous avez des doutes, vous pourrez faire effectuer un DPE (Diagnostic de Performance Energétique) par un professionnel certifié, pour savoir où se situe le défaut d’isolation. Si votre logement n’a jamais été isolé, vous devrez engager de nombreux travaux et puisque les déperditions les plus importantes proviennent de la toiture, commencer par faire isoler cette parde la maison. L’isolation des combles n’engage pas de gros frais, dans la mesure où il existe des aides financières adaptées (exemple : isolation des combles à 1 euro). Sachez aussi que tous les travaux d’isolation visant à améliorer la performance thermique de l’habitat peuvent ouvrir droit à diverses aides de l’Etat comme le crédit d’impôt (CITE 30 %), l’Eco-prêt à taux zéro, la TVA réduite et les aides de l’Anah. Vous pourrez également compter sur d’autres aides comme la prime énergie ou les aides des collectivités locales. Différentes études montrent que l’isolation des combles permet de réaliser jusqu’à 30 % d’économies sur la facture de chauffage ce qui représenterait environ 451 euros en moins sur la facture annuelle....

Lire plus

Menuisier : métier d’artisanat et savoir-faire

Un menuisier est un artisan spécialisé dans l’aménagement intérieur. Il s’occupe de la fabrication de meuble sur mesure et d’éléments de seconde œuvre dans le secteur du bâtiment. Auparavant, le terme désignait une personne qui travaille le bois. De nos jours, ils utilisent des matériaux variés comme le plastique ou l’aluminium dans la conception de différents objets. Les formations à suivre pour devenir menuisier Le métier d’artisan en menuiserie nécessite un apprentissage et un savoir-faire particulier. De nombreuses formations permettent de se spécialiser dans le domaine. Pour les personnes ayant le niveau de 3e, le certificat d’aptitude professionnelle en menuiserie s’obtient après 2 ans d’études. De multiples branches sont proposées selon le secteur qui vous intéresse. Pour compléter vos connaissances, vous pouvez recevoir un diplôme de brevet professionnel après l’obtention du CAP. Vous pouvez aussi passer un Bac pro ou un BTS pour mieux approfondir le métier. Le profil d’un menuisier Un menuisier doit faire preuve d’habilité pour les travaux manuels. Les différentes formations qu’il a suivies le permettront de bien lire les représentations géométriques et les plans. Il doit aussi maîtriser les outils de calcul, car il produit un travail de précision. La manipulation des machines automatisées doit aussi être maîtrisée afin d’éviter les accidents, et réaliser un beau rendu. La créativité est également l’une des qualités requises dans la profession pour mieux se démarquer des autres. Un travail soigné permet d’avoir une bonne notoriété. La carrière d’un menuisier Selon sa spécialisation, un menuisier professionnel peut accéder à différents métiers. Il peut travailler pour son compte dans un atelier ou devenir salarié dans une entreprise. La notoriété du menuisier dépend de la qualité des prestations et de son expérience. En entreprise, le métier de menuisier est un poste évolutif selon les diplômes acquis. Au fil des années, il peut devenir un responsable de chantier, un chef d’équipe ou un contremaître avec un diplôme équivalent au...

Lire plus

Le métier de potier, parlons-en !

La poterie résulte des mains habiles d’un d’artisan : le potier. Ce dernier travaille souvent dans une exploitation artisanale spécialisée dans la fabrication de céramiques. Certains travaillent dans leurs propres ateliers, en magasin, ou chez un client… En quoi consiste le métier de potier ? Le potier est celui qui façonne l’argile ou la terre afin d’obtenir un objet destiné à la décoration ou à un usage particulier. Ses travaux comprennent plusieurs étapes : modelage, cuisson et émaillage. Cet artisan utilise principalement ses mains dans la réalisation de ses œuvres, et donne des formes différentes avec la pâte. Ainsi, il produit des assiettes, pots, cadres… Après le modelage vient l’enfournage, où les objets façonnés sont cuits à haute température pour être plus solides. Pour finir, le potier procède aux différentes finitions qui consistent à peindre ou vernisser les poteries. Cursus pour devenir potier Avant tout, ce métier requiert une grande passion pour le travail de la terre (argile), ainsi qu’une certaine agilité manuelle et une grande créativité. Il nécessite également de la précision et un œil vigilant, capable de discerner les volumes. Pour devenir professionnel de la poterie, il faut un CAP ou Bac+2 (BTS) en décoration/tournage céramique ou en art céramique. Un diplôme supérieur d’arts décoratifs, un DMA, un DNAP ou un DNAT en arts textiles et céramiques, design option arts et design du feu et design de produit céramique permettra d’accéder à un niveau plus avancé. Artisan potier : un métier d’avenir En France, avec le tourisme, le métier de potier est une profession d’avenir. La production traditionnelle tend à évoluer vers l’art contemporain. Les artisans connaissent une progression considérable en termes de vente grâce à la demande. En fait, leur clientèle est composée essentiellement de touristes et de particuliers amateurs d’arts. Toutefois, un potier professionnel peut exporter ses produits finis, notamment vers les USA, le Japon ou le Canada… Bref, il existe de nombreuses façon de s’exprimer et de vivre de la...

Lire plus

Le tapis mohair de Madagascar : un art traditionnel

Résistant et soyeux, le tapis mohair est un véritable chef-d’œuvre. C’est uniquement à Madagascar qu’on le noue encore à la main. La région Sud, notamment la ville d’Ampanihy, est le gardien de cet art authentique, unique au monde. Les natifs, hommes et femmes, de la région préservent jusqu’à ce jour les techniques de tissage traditionnel. Ampanihy, berceau du vrai tapis mohair C’est dans cette commune urbaine malgache, située dans la région Sud-Ouest, que l’on découvre les vrais tapis mohair. Ce capital du pays Mahafaly est le cœur des métiers à tisser, surtout en ce qui concerne le tapis mohair. Il invite les visiteurs, nationaux et internationaux, à découvrir la conception de cet art artisanal, depuis le travail de la laine jusqu’au tissage passant par l’application des motifs. Ampanihy regorge d’autres attractions majeures, ne serait-ce que la présence de l’un des plus gros baobabs au monde dans la région. Fabrication des tapis mohair à Madagascar À Madagascar, notamment dans la ville d’Ampanihy, les techniques de tissage traditionnel sont toujours dans la pratique. Les artisans proposent trois types de tapis différents : tapis à simple point, tapis double épaisseur à points noués et tapis triple épaisseur. Les couleurs les plus utilisées sont le marron et le blanc. Les motifs représentent souvent les richesses de la Grande Ile comme le baobab et l’aloalo. Chèvres purs angoras La laine fournie par les chèvres angoras est particulièrement de qualité fiable. Cette matière de qualité exceptionnelle est fine, longue et soyeuse. Les espèces à cornes droites sont à même de fournir une longue fibre de 20 cm. Très poilues, celles à cornes incurvées offrent jusqu’à 4 kg de laine par animal quand vient la période de tonte. Seul ou associé à d’autres textiles, le mohair permet de confectionner, en dehors des tapis, des vêtements de luxe et des...

Lire plus