L’hypnose : une pratique qui revient en force

Longtemps pointée du doigt, négligée, ternie par un grand nombre d’idées reçues, réduite à un simple objet de fascination, désavantagée par une réputation imméritée, l’hypnose est peu à peu redécouverte, tant par les thérapeutes que par le public. Qu’est-ce que l’hypnose ? Quelles sont ses applications ? Peut-on apprendre l’hypnose ? Voici nos réponses à ces questions. L’hypnose, un état naturel Entourée d’une aura de mystère, l’hypnose en tant que technique thérapeutique est loin du phénomène spectaculaire que nous avons tendance à imaginer. Elle s’apparente davantage à un un état naturel que nous expérimentons au quotidien, lorsque nos pensées s’envolent ou que nous sommes fortement concentrés sur une tâche par exemple. Cette pratique ancienne, dont l’efficacité est de moins en moins mise en doute, se définit comme une modification de l’état de conscience qui ressemble au sommeil, dont l’être humain a de tout temps eu recours. L’hypnose permet d’accroître le niveau de suggestibilité d’un sujet, lui donne l’opportunité de se connecter à son inconscient. C’est pour lui un moment de ressourcement privilégié.     L’hypnose et ses applications Les champs d’application de l’hypnose sont nombreux et se concentrent essentiellement sur la médecine de la douleur la gestion des troubles anxieux, de l’humeur, de la personnalité (stress, phobie, état de panique, affirmation de soi,…). Elle permet en outre de faire émerger des solutions à un comportement de dépendance liée au tabagisme ou à l’alimentation par exemple. L’hypnose donne aussi de bons résultats lorsqu’il s’agit pour un individu de contourner certains blocages qui résistent aux traitements plus conventionnels. Des hôpitaux font également appel à l’hypnose pour soulager certaines douleurs : http://www.midilibre.fr/2018/03/22/montpellier-hypnose-yoga-des-soins-qui-soulagent-les-malades-du-cancer,1644505.php  L’apprentissage de l’hypnose L’hypnose est une discipline qui s’apprend par la pratique régulière. Qu’il s’agisse d’en faire un passe-temps ou une profession, apprendre l’hypnose c’est possible mais exige du temps et de la rigueur. Des programmes de formation en hypnose, comprenant des cours théoriques et pratiques, sont proposés sur le web, notamment sur le...

Lire plus

Quel e liquide pour ma cigarette électronique ?

C’est la composition du e liquide qui conditionne pour une grande part les sensations que ressent l’utilisateur. Cette composition peut varier selon plusieurs critères, parmi lesquels le ratio entre glycérine végétale et propylène glycol, la quantité de nicotine et l’arôme. Afin de déterminer quel e liquide convient plus particulièrement à vos goûts, il vous faut savoir plus précisément comment est conçu le produit que vous achetez. Bien sûr, rien n’empêche de varier les plaisirs ! De quoi est composé le e liquide des cigarettes électroniques ? Avant tout, ne vous laissez pas effrayer par les noms des principaux composants de la cigarette électronique, à savoir le propylène glycol et la glycérine végétale. Sous ces noms aux consonances quelque peu chimiques se cachent en fait deux composés alimentaires. L’association des deux produits, qui composent 80-90% du e liquide, détermine l’intensité et la nature des sensations. Les e liquides contenant davantage de glycérine produisent plus de fumée que les recharges premier prix et les sensations sont plus douces. Ainsi, la saveur légèrement sucrée de la glycérine équilibre l’acidité du propylène. C’est ce dernier qui se combine à la nicotine pour donner naissance à la sensation de fond de gorge appréciée des fumeurs. Le e liquide contient par ailleurs de l’alcool éthylique et de l’eau déminéralisée, deux substances destinées à fluidifier la produit. Généralement, l’alcool et l’eau composent moins de 5% du liquide. Que contient encore le e liquide ? Votre cigarette électronique contient encore de la nicotine et des arômes. Ce sont ces deux composants qui contribuent le plus à différencier les produits. Ainsi, la nicotine peut varier entre 18 mg par ml et 0 mg par ml, selon ce que vous recherchez. La cigarette électronique vous permet aussi de choisir entre une grande variété d’arômes. Ces derniers, naturels ou synthétiques, sont de qualité alimentaire. Vous trouverez des arômes de fruits, des e liquide qui rappellent un sorbet citron ou fraise, un goût de vanille ou de caramel, sans compter, bien sûr, les arômes de tabac. Les possibilités sont presque infinies et vous n’aurez que l’embarras du choix, parmi plus de 100 parfums. Les e liquides sont généralement vendus en contenants de 10ml. Le prix d’un flacon se situe entre 4.90 euros et 7 euros. Un vapoteur moyen consomme en moyenne 3 flacons par semaine. Il est recommandé de rajouter du e liquide dès que l’on passe en-dessous des 0,4ml, de manière à ne pas endommager la résistance. Une consommation excessive de e liquide pour cigarette électronique peut provenir d’un appareil...

Lire plus

Comment choisir son école pour entreprendre des études d’ostéopathie ?

Les établissements permettant l’obtention du diplôme d’ostéopathe sont nombreux, et la proximité de votre lieu de résidence ne doit pas être votre seul critère de sélection. Petit pense-bête de ce qu’il faut vérifier avant de s’inscrire. Quels critères pour faire le bon choix d’établissement ? – Choisissez un établissement agréé par le ministère de la santé. C’est un agrément qui garantit la qualité des enseignements. Il est obtenu après la vérification de 24 points parmi lesquels l’encadrement, la formation pratique clinique, le nombre de formateur ou la qualité du matériel d’apprentissage. Les établissements agréés garantissent un cursus de 4860 heures, dont 1500 d’études cliniques. Ce sont les seuls établissements qui peuvent délivrer un diplôme permettant d’exercer. – Pour faciliter la pratique clinique de l’ostéopathie, choisissez une école située à proximité de la clinique avec laquelle elle est jumelée, ou encore mieux, une école dans l’enceinte même d’une clinique, ce qui vous permettra de vous familiariser avec le monde hospitalier. – Privilégiez les établissements qui vous proposent des stages variés pendant les études d’ostéopathie : en milieu hospitalier bien entendu, mais aussi dans le domaine du sport ou en cabinet libéral par exemple. Il n’existe pas de spécialisation en ostéopathie et c’est grâce aux stages que vous pourrez déterminer si vous préférez vous occuper d’enfants, d’adultes, de personnes âgées, de sportifs, etc. et dans quel environnement vous désirez exercer. – Les cours théoriques sont les mêmes dans tous les établissements, mais ils peuvent apporter être un atout pour les étudiants quand ils sont dispensés par des professionnels autres que des ostéopathes. Une leçon d’anatomie enseignée par un chirurgien ou un médecin donnera une autre vision du corps. – Et surtout, ne vous inscrivez pas dans une école pour laquelle vous n’avez pas consulté le bilan de l’enquête d’insertion professionnelle. Elle détaille le nombre d’élèves reçus ayant trouvé ou non un emploi, combien de temps ils ont mis pour décrocher cet emploi, vers quels domaines ils se sont orientés, etc. Cela vous donnera une bonne idée de l’établissement vers lequel vous désirez vous orienter. La meilleure chose à faire pour choisir votre école est de vous rendre sur place. Vous pourrez visiter l’école, la clinique, parler avec des étudiants et des professeurs. D’ailleurs, quand vous visiterez la clinique, jetez un coup d’œil au planning : s’il est rempli, voire avec une liste de patients en attente, c’est de très bon augure...

Lire plus

Le métier d’audioprothésiste

Audioprothésiste, un métier dont on n’entend pas souvent parler. Et pourtant, dans le domaine de la santé et plus particulièrement de l’audition, il joue un rôle clé pour le patient. Il aide les personnes ayant des lésions auditives en les appareillant. Un métier varié L’audioprothésiste rencontre des patients âgés, mais aussi des enfants et des nourrissons. Il devra donc être humain, pédagogue et délicat et maîtriser les différentes techniques spécifiques à son métier. L’audioprothésiste va d’abord faire un diagnostic de l’audition de la personne. En fonction du résultat, il optera pour une solution et présentera les différents appareils auditifs. Il expliquera au patient le fonctionnement de chacun, et développera les avantages et les inconvénients en fonction de la vie du patient. Un sportif n’attendra pas le même appareillage qu’une personne âgée à mobilité réduite. Chaque cas doit trouver sa solution. Une fois l’appareil choisi, l’audioprothésiste prendra les empreintes de l’oreille du patient pour pouvoir faire le moulage. Il préparera l’appareil, puis le réglera. Le professionnel insistera sur les conseils d’utilisation. Comment régler le son, comment placer l’appareil, quand le porter… il abordera tous ces points avec pédagogie. Des études supérieures spécifiques Trois ans d’études supérieures sont nécessaires pour devenir audioprothésiste. Paris, Lyon, Rennes, Nancy, Montpellier, Rouen, Toulouse et Bordeaux ont des universités qui préparent au diplôme d’Etat d’audioprothésiste. Les  admissions dans ces promos se font sur concours. Les épreuves de ce dernier correspondent au programme de terminale S. Mieux vaut donc prendre cette filière au lycée. A la fin des trois ans d’université, il est possible de compléter la formation par un diplôme d’université. Cet examen se passe après une année de cours. Et pour devenir ORL, quel cursus faut-il suivre ?...

Lire plus

Les parapharmacies distribuent des produits non destinés à la santé

Les parapharmacies possèdent pour principale activité la vente de produits d’hygiène et de soins, ne nécessitant pas une prescription médicale. La présence d’un pharmacien diplômé n’est pas obligatoire dans une parapharmacie. Il en découle que de nombreux magasins, les moyennes et grandes surfaces vendent ce type de produits. Le commerce en ligne des produits de soins et d’hygiène a pris, ces dernières années, une grande ampleur. Il est donc indispensable avant de se présenter dans un magasin vendant des produits d’hygiène et de soins ou de passer commande par le web de consulter la liste des parapharmacies autorisées. Ces dernières sont répertoriées sur le site de l’ordre des pharmaciens. Les contrefaçons sont très élevées sur internet et les risques sont graves : allergie cutanée importante, peau brûlée, agressée… Pourquoi faut-il privilégier les parapharmacies françaises ? Après avoir pris connaissance des différentes parapharmacies autorisées à vendre des produits d’hygiène et de soins, il est fortement conseillé de privilégier les parapharmacies françaises. Celles-ci proposent des produits de haute qualité qui sont distribués par les laboratoires les plus connus et pour lesquels de nombreuses informations fiables sont délivrées. Il est possible de citer les marques Avène, Bioderma, Weleda, Nuxe, Caudalie, la Roche Posay… Ces marques bénéficient de produits de haute technicité, d’innocuité et sont testés et approuvés pour leurs bienfaits. Les ingrédients contenus dans chaque produit sont sélectionnés avec la plus grande attention : eau de source, matières premières issues de l’agriculture biologique, actifs naturels… Quant à la fabrication, elle est rigoureusement contrôlée par des médecins et des pharmaciens. De plus, l’ensemble de ces marques ont pour priorité le respect de l’environnement. Comment acheter des et d’hygiène de façon sécurisée ? La plupart du temps les parapharmacies mettent en rayon des produits d’hygiène et de soins provenant des laboratoires et des marques connus et ayant pignon sur rue. Si sur certains sites internet il en est de même, il en existe d’autres, malheureusement peu scrupuleux, qui proposent des contrefaçons dangereuses pour la peau, les os, le transit… Ces sites, pour des raisons publicitaires, n’hésitent pas à mentionner de fausses informations sur certains produits. Ces renseignements indiquent souvent des vertus non prouvées sur la santé. Mais encore, ces produits sont proposés à des prix très attractifs. A l’heure actuelle, les parapharmacies n’ont pas pour obligation d’être sous l’égide d’un pharmacien, en conséquence, pour ne pas être victime d’acheter des produits en contrefaçon, il est préférable de ne se procurer que des produits provenant des parapharmacies françaises. Une manière sécurisée de ne pas mettre sa santé et son corps en...

Lire plus

Le métier de pharmacien

Un pharmacien est un professionnel de la santé qui a pour mission de vendre des médicaments tout en renseignant au mieux les clients. Il se doit de prendre en charge les ordonnances pour délivrer les bons médicaments, mais il doit aussi conseiller ceux qui le souhaitent tout en réceptionnant et gérant les stocks. Présentation du métier Un pharmacien tient plusieurs casquettes. Il est là pour délivrer les bons médicaments en fonction des ordonnances. Mais il tient également le rôle de conseiller car lorsqu’un client se présente, il doit savoir lui administrer les bons soins et les bonnes doses. Mais il doit également tenir les stocks de médicaments et les gérer. Il peut également être spécialisé dans les analyses et la recherche en effectuant différents examens et tests en laboratoire. Il peut aussi participer à la conception de nouveaux médicaments e apportant ses connaissances et en animant différents ateliers tout en réalisant un contrôle de qualité rigoureux et sérieux. Etudes à suivre Pour devenir ce professionnel de la santé, il est fortement conseillé d’obtenir un BAC S afin de poursuivre des études en pharmacie qui durent six années (au plus court) et piuvant aller jusqu’à 9 ans pour une spécialisation. Celles-ci sont composées d’une première années (la Paces) d’un premier cycle se déroulant sur deux ans, d’un second cycle qui permet à l’étudiant de choisir son orientation pour atteindre le troisième cycle durant lequel il devra suivre de nombreux stages. Débouchés, rémunération, évolution Un débutant gagne 2543 euros brut par mois mais ce salaire évolue rapidement avec l’expérience. Il peut travaillée en indépendant ou en tant que salarié dans une officine ou encore dans un laboratoire. Il peut également devenir fonctionnaire en intégrant le secteur public de la santé. Un pharmacien peut se spécialiser dans la recherche et peut même devenir le gérant d’un établissement...

Lire plus