Tout savoir sur le métier de restaurateur de faïence

Parmi les nombreux métiers d’art, la restauration de faïence fait partie de ceux qui sont en constante évolution, mais encore méconnurent du grand public. Cette discipline plutôt technique connait, aujourd’hui, un développement qualitatif et quantitatif remarquable. Beaucoup s’intéresse à la profession, c’est pourquoi nous vous expliquons en quelques lignes en quoi elle consiste.

Qu’est qu’un restaurateur de faïence ?

Le restaurateur de faïence est souvent confondu avec un artiste ou un artisan d’art, or, il ne crée pas  de nouveaux objets. C’est un professionnel qui intervient dans la reconstitution d’objet rare fait de céramique comme des vases anciens ou encore des reliques anciennes. Il y a deux catégories de restaurateur, celui qui travaille en musée selon des règles préétablies et de l’autre celui qui œuvre dans le privé. Actuellement, une nouvelle tendance se fait de plus en plus sentir dans le métier. Il s’agit du restaurateur minimaliste qui exerce surtout selon la déontologie de la restauration – conservation.

Mission de l’artisan restaurateur de faïence

Avant de conserver, de restaurer, de réparer ou de rénover une relique, le restaurateur fait une étude détaillée de l’œuvre afin de diagnostiquer le niveau des dégâts et les réparations nécessaires. Seul un professionnel qualifié est habilité à faire cette étude pour éviter toute marge d’erreur, surtout s’il s’agit d’objet rare. Après avoir terminé son constat, il rédige des rapports techniques sur la faïence  à restaurer en excluant toute appréciation sur sa valeur marchande. Pour réussir dans son métier, le restaurateur travaille en étroite collaboration avec d’autres professionnels et scientifiques apparents.

Les qualifications nécessaires pour devenir restaurateur de faïence

Dans ce métier, il faut savoir bien distinguer le simple bricolage des interventions professionnelles techniques et scientifiques de conservation-restauration. Le restaurateur, en tant que spécialiste, doit être sanctionné d’un titre homologué de niveau II à l’École de Condé – patrimoine. Il s’agit d’un master de 5 ans, option « restauration de céramique ». Il doit également avoir fait des études d’archéologie ainsi qu’une école des beaux-arts, mention sculpture et création d’objets d’art. C’est uniquement en possession de ces formations qu’il peut exercer dans un musée ou en privé.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *